« Fabius Online : un blog des blogs de soutien à Laurent Fabius | Accueil | La gauche ne peut gagner que si elle est vraiment à gauche »

26 juin 2006

Commentaires

ARRIGHI   Paul

Toulouse, le 11-12-2006


Monsieur le Premier Ministre et Cher Laurent FABIUS,

J 'ai le grand honneur, à vous que je ne connais malheureusement pas personnellement, mais dont je me suis efforcé, à Toulouse et en Haute-Garonne, d'aider vos idées et votre combat courageux, pour que fleurisse un socialisme à la mesure des questions posées par notre époque difficile, de vous adresser d'abord, un grand MERCI !

Il n'est pas de défaite en politique pour un homme d'intelligence, que vous êtres, oh combien et un homme de volonté.
Le grain semé dans le sol germine et le blé finit toujours par éclore ...

Nous avons tous vécu, une campagne politique menée dans un contexte pour, où l'intelligence collective a été précédée et dépassée par les passions faciles, j'allais dire primitives. Cela, n'est pas nouveau depuis que se sont levés les multiples ruisseaux, d'abord minuscules, de la si vaste famille d' idée socialiste unifiée il y a maintenat un siècle par l'immense Jean JAURES.

Le Peuple qui est toujours la référence première peut souvent s'emballer, parfois s'égarer sur des chemins de traverse; ou renacler devant des choix difficiles.

Cependant, la patiente raison et le retour au réel, inévitablement apportés par l'expérience historique permettront aussi, à ceux qui comme vous, ont vu juste, plus tôt que d'autres, de retrouver leur rôle, désormais magnifié par leur lucidité qui fait leur grandeur.

Il arrive aussi, que le Peuple appelle aux responsabilités des "leaders" lucides, trop tard...

Ainsi, en a t'-il été pour Paul Raynaud et pour le colonel De Gaulle en 1940 !

L'important est de tenir bon, avec la raison, le calme et l'horizon de notre chère France et de chère Europe comme une boussole.

La crise de réajustement et même de bouleversement mondial des prospérités économiques est si puissante que les "mesures cosmétiques" et les "facilités démagogiques" ne seront pas à la hauteur des vrais enjeux : préserver nos Chers Peuples Européens de l'appauvrissement et du déclin.

Pour cela, il faut impérativement construire une autre Europe, beaucoup plus politique qui sache prendre toutes ses responsabilités dans le "concert mondial des Nations ".

Un NON au référendum d'illusions qui nous était proposé, en mai 2005, s'imposait certes et il a été en quelque sorte vraiment fondateur et votre honneur est d'être celui qui a sonné le "tocsin" de la rescousse politique et du relèvement intellectuel et citoyen.

Mais il faut désormais dépasser dialectiquement ce mouvement de refus et d'alarme.

L'expérience piteuse tentée par le regroupement dit "anti-libéral" montre et prouve que l'on ne construit pas seulement sur un "cartel des NON", mais qu'il faut s'efforcer de faire naître et de créer patiemment une hégémonie d'idée, premier échelon d'une accession utile et fructueuse, au pouvoir pour véritablement tranformer et remédier aux
les situations figées et bloquées et faire repartir une économie européenne "au bois dormant".

Vous nous avez donné l'élan et le courage, au plus bas de l'étiage du débat d'idées, mais confiance et espoir!
Le vrai et le souhaitable, finissent presque toujours par se rejoindre et renouer avec le succès.

La France et l'Europe restent fortes de leurs long passé et de leurs hautes traditions et il nous appartient de se remettre en phase avec l'évolution du Monde ; pour cela, sans tomber dans le funeste "égoïsme sacre" des Nationalistes, mais avec un sens bien compris de l'intérêt de tous qui passe d'abord par la sauvegarde et le relèvement rapide du moral et de l'économie de nos Peuples.

Un investissement immense dans la Recherche et un nouveau pari de l'éducation restent parmi nos meilleurs atouts, sachant bien sûr que nous ne sommes pas seuls et que les autres ne nous attendent pas.

Assez d'inconscience et de démagogie "anti-Etat" qui ont été porté par un néolibéralisme ravageur, paravent des bas instincts égoïstes et contraire à la conscience historique de notre Peuple et qui n'est plus à même de jouer le rôle premier qui est demandé au Politique, c'est-à-dire : défendre et faire gagner les Peuples qui l'ont élus et ses mandants.

Mais, Peut être pour que votre digne et belle campagne politique germe et produise ses fruits vous faudrait-il aussi vous donner un outil théorique (revue, forum, Blog, Etc.) qui puisse assurer la permanence et le temps que les idées que vous avez courageusement et brillamment défendues montrent leur justesse et que les yeux se désillent ; et n'en doutez pas un instant, cher ami, ils se désilleront et votre heure viendra pour le plus grand bien de beaucoup d'humbles qui souffrent, dans notre chère France et notre chère Europe.

Veuillez, Monsieur le Premier Ministre et cher Laurent FABIUS , accepter l'expression de ma très haute estime et de mes très profonds sentiments d'espérance.

Paul ARRIGHI, (Historien contemporanéiste) Toulouse , le 11-12-2006

-----------------

ADRESSE : Paul ARRIGHI
8, allée Paul SABATIER-
31000-TOULOUSE - TEL : 05-61-52-86-47
MAIL : ARRIGHIP@aol.com


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.